France : A la découverte du canal du Midi à vélo...

Par Aline MontagutTeam TDMLe 10 07 2018

Le canal des deux mers, ouvrage de Pierre-Paul Riquet, est une des constructions emblématiques de la France, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1996. De l’Atlantique à la Méditerranée, il n’y a qu’un “pas” grâce à ce canal !

Canal que vous pouvez d’ailleurs découvrir de bien des façons : en bateau, à vélo… Sans aucun doute l’un des plus beaux parcours cyclables de France !

Il y a quelques jours, j’ai pu partir à la découverte d’une partie du canal des deux mers : le canal du Midi, grâce à un blogtrip organisé par l’agence de relations presse Airpur, ainsi que par le comité départemental du tourisme de la Haute-Garonne, en collaboration avec l’agence de développement touristique de l’Aude, et l’agence de développement touristique du département de l’Hérault.

Un blogtrip pendant lequel nous avons traversé ces trois départements à vélo en longeant le canal et durant lequel nous avons pu aussi découvrir quelques sites emblématiques.

De Toulouse jusqu’à Sète, nous avons alterné balades à vélo, visite de certains sites incontournables le long du canal et quelques trajets en minibus.

Un total de 250 km de pistes cyclables entre ces deux points (ce qui prendrait probablement une bonne semaine si l’on souhaite le parcourir entièrement à vélo).

Un peu d’histoire :

Le canal des deux mers n’est ni plus ni moins qu’une route fluviale qui relie l’océan Atlantique à la mer Méditerranée sur plus de 700km.

Lors de sa construction, le but du canal était de créer un raccourci afin d’éviter le passage du détroit de Gibraltar ! A l’époque, Pierre-Paul Riquet réussit à convaincre notre bon vieux Roi Soleil (Louis XIV), les travaux débutèrent en 1666 pour se terminer en 1681. Pendant 14 ans, ce n’est pas moins de 12 000 hommes qui ont travaillé sur le canal, qui l’ont creusé à la pèle et à la pioche, parfois au péril de leur vie…

Quand on y pense c’est quand même assez incroyable qu’ils aient pu réaliser un ouvrage d’une telle ampleur à cette époque et avec si peu de moyens si ce n’est à la seule force de leurs bras.

Le canal a permis aux régions qu’il longe de jouir d’une certaine prospérité commerciale ! En effet, on y transportait toutes sortes de marchandises (vin, blé…) mais aussi des voyageurs.

Aujourd’hui c’est le tourisme qui a pris la relève, permettant à d’autres activités de se développer autour du canal : location de vélo, de bateau sans permis, restaurant, chambres d’hôtes etc…

De Toulouse à Port Lauragais :

La Ville Rose est un joli point de départ pour découvrir le canal et c’est d’ici que nous avons enfourché nos vélos.

Si vous ne connaissez pas Toulouse, l’idéal est de commencer par un petit itinéraire qui sillonne les ruelles du centre-ville, afin de découvrir ses jolis monuments tels que le Capitole, le Pont-neuf (pont le plus ancien de la ville !), l’hôtel particulier Assézat, l’église Saint-Sernin, le couvent des Jacobins, le Donjon… Une petite balade tranquille et vraiment agréable.

A noter :  A Toulouse, le vélo se démocratise réellement ! Le centre historique étant en grande partie piétonnier et accessible aux vélos.

Il faut dire que la Maison du vélo, située près de la gare Matabiau, s’efforce un maximum de promouvoir le vélo dans la ville, au travers de différentes actions ; notamment la location de vélo (qui sont d’ailleurs vraiment très confortables), mais également grâce à l’existence d’un atelier de réparation…

En quittant Toulouse, faites comme nous et arrêtez vous à Montesquieu-lauragais, un charmant village très fleuri. Vous pouvez y admirer l’une des églises à clocher-mur, typique du Lauragais. Nous avons pu y contempler la vue depuis le haut du clocher… et je n’ai qu’un seul mot à dire : époustouflant ! Un village à ne pas louper lors d’une balade le long du Canal.

Le joli port de Gardouch, son écluse et ses maisons colorées, est une excellente halte, le temps d’un repas, ou d’un pique-nique !

L’arrivée se fait à Port Lauragais, qui est un port (comme son nom l’indique), mais également une aire d’autoroute. On y trouve la Maison de la Haute-Garonne et une jolie exposition sur le canal du midi. Exposition très ludique, avec quelques jeux à disposition pour les enfants. On en apprend plus sur l’histoire du canal, sans s’ennuyer pour autant !

A savoir : Durant tout ce tronçon, vous serez abrités du soleil par les platanes qui longent le canal, ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas… La piste est vraiment bien aménagée et c’est très agréable aussi bien en VTC qu’en VTT. Aucune difficulté particulière.

De Castelnaudary à Carcassonne :

La ville de Castelnaudary, très connue aujourd’hui pour son cassoulet, fut au départ une étape importante du canal. Son grand bassin est le plus grand port du canal, quatre écluses y retiennent d’ailleurs l’eau.

De jolies balades sont possibles tout le long du canal et permettent d’avoir un très beau point de vue global sur la ville !

Le port de Bram, est la dernière étape du canal du Midi en Lauragais. Après Bram, nous entrons dans le département de l’Aude. Ce port a la particularité d’avoir été construit de manière circulaire, ce qui mérite un petit arrêt en chemin ! Vu d’en haut cela doit être plutôt impressionnant…

Pour finir ce petit parcours, direction la magnifique cité médiévale de Carcassonne ! Il s’agit de la plus importante cité médiévale d’Europe, inscrite évidemment au patrimoine mondial de l’Unesco.

Pour la visiter, nous vous recommandons d’être à pied, afin de prendre plus le temps de la découvrir ! A l’intérieur de la Cité, vous trouverez bon nombre de petits restaurants ou de petites boutiques qui vendent des produits locaux.

Selon la période, il peut y avoir vraiment beaucoup de monde, ce qui peut rendre la visite beaucoup moins agréable… Pour notre part, nous avons visité la cité avec un guide “chevalier” (visite originale mais personnellement je reste un peu sur ma faim et j’aurais aimé en apprendre vraiment d’avantage sur l’histoire de la ville).

A savoir : En ce moment, et ce jusqu’en septembre, vous aurez la surprise de voir la cité d’une autre façon, à travers l’œuvre de Félice Varini “Concentrique Excentrique”. Un jeu de couleur et de perspective sur les murs de la cité assez grandiose !

Après votre visite de Carcassonne et pour découvrir la région autrement, pourquoi ne pas partir pour une petite balade sur l’Aude en canoë ?! Plutôt rafraichissant et assez fun ! La société Eaurizon, propose plusieurs balades en canoë, mais pas seulement.

Très accueillants et sympathiques, nous avons passé un excellent moment avec eux.

De Capestang à Poilhes :

La balade à vélo commence à Capestang, où la visite de la Collégiale vous mènera sur les hauteurs, avec une superbe vue à 360° sur la ville et sur l’étang. Une petite étape et un tronçon un peu sauvage, mais tout sauf désagréable !

Lors de la balade, il y a une vue imprenable sur les vignobles languedociens où est notamment produit le cru Saint-Chinian. L’arrivée se fait au petit port de Poilhes (qui pour l’anecdote ne se prononce pas “poil” mais “poye”).

Le village est vraiment charmant et dispose tout de même de 3 restaurants, idéal donc pour faire une pause !

Pour un moment de détente, il est aussi possible de louer des bateaux électriques (jusqu’à 7 places) à Capestang par le biais de la Capitainerie du port. Idéal pour découvrir le canal différemment et se laisser porter, tout en dégustant un excellent cru Saint-Chinian !

Un peu plus loin, juste à l’entrée de Béziers, l’œuvre ultime du canal du Midi : les 9 écluses de Fonséranes.

Ici, le canal franchit un dénivelé de 21,50m sur une distance de 312 mètres : une véritable prouesse technique ! A l’origine au nombre de 9, il n’en reste que 7 aujourd’hui , mais cela reste très impressionnant… véritable attraction touristique du coin !

Le site a été réhabilité  en 2017, et l’on y trouve un très bon restaurant avec une vue imprenable sur la ville de Béziers. C’est également un coin très agréable pour se promener le dimanche en famille lors d’une petite balade digestive !

De Marseillan à Sète :

Marseillan annonce la fin du canal du Midi, car c’est ici qu’il rejoint l’étang de Thau, plus précisément à la pointe des Onglous. Mais le périple ne s’arrête pas pour autant, vous avez la possibilité de continuer à vélo en longeant la mer Méditerranée jusqu’à la ville de Sète.

Une petite balade de 12km, très agréable… mais à relativiser en fonction de la période de l’année. Nous y étions début juin et c’était top, concernant les mois de juillet et d’août, la piste doit être est très fréquentée.

Si vous êtes branché James Bond ou cocktail, vous pouvez avant de partir de Marseillan découvrir la Maison Noilly Prat. On y trouve le premier Vermouth français, fabriqué ici depuis environ 200 ans !

Très apprécié dans le monde entier pour la création de certains cocktails,il s’agirait de l’alcool favori de James Bond, qui l’utilise pour son fameux cocktail “Vodka Martini”…

A ne surtout pas manquer si vous êtes amateur d’huîtres : le domaine Tarbouriech ! Florent Tarbouriech, a inventé le système de marée solaire il y a quelques années, afin de recréer le mouvement de la marée qui n’existe pas dans l’étang de Thau. Un système qui consiste à imiter le mouvement naturel des marées.

C’est une véritable réussite car aujourd’hui l’huître rose est devenue un produit exceptionnel (2 fois plus chère qu’une huître classique à cause du coût de fabrication, mais d’une qualité extraordinaire !).

Vous pouvez donc en profiter pour découvrir le produit et satisfaire vos papilles.

Voici un petit aperçu (non exhaustif) de ce que l’on peut découvrir le long du canal du Midi. Loin d’être ennuyeux, entre balade à vélo et découverte des régions qu’il sillonne, c’est un bon compromis pour découvrir cette partie de la France entre amis ou en famille.

Une réelle découverte pour moi et une envie d’aller en voir un peu plus, et pourquoi pas même de faire un parcours un peu plus long tout à vélo cette fois !

Un grand merci à l’agence Airpur et aux offices de tourisme de la Haute-Garonne, de l’Aude et de l’Hérault, pour l’organisation de ce blogtrip et toutes ces jolies découvertes.

 

Photos pour TDM de Aline Montagut.

A propos de l'auteur

Cet article a été proposé par Aline Montagut, 30 ans

Passionnée de voyages depuis toujours, l'occasion ne s'était réellement présentée jusqu'à présent. Mais mieux vaut tard que jamais, je compte bien me rattraper pour découvrir le monde. "Le monde est un livre, et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page" !
Aline Montagut, 11 voyages et 11 pays au compteur, a signé 8 articles et 7 avis d'hotels sur TDM.
Voir son profil, ses articles et ses voyages