Guide : 3 jours sur le Bassin d'Arcachon

Par Chloé DecruyTeam TDMLe 14 01 2021

Situé en Gironde, le Bassin d’Arcachon est une lagune semi-ouverte sur l’Océan Atlantique.

Cette jolie station balnéaire, à une soixantaine de kilomètres de la ville de Bordeaux, regorge de petits villages ostréicoles typiques, de plages immenses, d’une sublime réserve naturelle (le Banc d’Arguin) et notamment de la plus haute dune d’Europe (la Dune du Pyla) !

Partir sur le bassin d’Arcachon. Cette petite phrase a toujours évoqué pour moi une ambiance désuète, très Belle Époque.

Il me semblait que « partir sur le Bassin » me permettrait de remonter le temps et de me faire vivre une expérience unique. Mais n’est-ce pas le propre même des voyages ? Proches ou lointains, quelques jours ou plusieurs mois, ce que l’on recherche lorsque l’on part de chez soi c’est une découverte qui nous extrait de notre quotidien, de ce que nous connaissons, et qui nous procure des images, des sensations, des souvenirs qui nous font du bien et élargissent nos horizons (intérieurs).

Juste avant d’être reconfinés, nous avons eu la très bonne idée de partir en virée trois jours sur le bassin d’Arcachon avec notre fille de 5 ans.

Nous vous partageons ici nos découvertes et bons plans avec enfant pour un séjour réussi !

 

Côté géographie :

Pour appréhender le bassin d’Arcachon, il est important de comprendre son fonctionnement naturel. De forme triangulaire, le bassin est à la fois alimenté par le petit fleuve de l’Eyre issu de la forêt des Landes à l’Est et par l’océan Atlantique dont il est protégé par la langue de terre qu’est la presqu’île de Lège à l’Ouest. L’ouverture sur l’océan se fait du sud du Cap Ferret, à la pointe de la presqu’île, par les « passes » (ensemble de chenaux permettant la circulation de l’eau entre le bassin et l’océan).

Le bassin d’Arcachon est donc soumis aux marées. Les bancs de sable mobiles charriés par les courants marins favorisent un écosystème original avec des conditions aquatiques uniques ainsi qu’une faune ornithologique très riche.

Un peu d’histoire :

Le développement touristique coïncide avec l’arrivée du chemin de fer à Arcachon à la fin des années 50.

Des cures d’air iodé étaient préconisées à l’époque pour combattre la tuberculose. De magnifiques villas Art Nouveau voient alors le jour, notamment dans le quartier haut de la ville, appelé Ville d’Hiver. Arcachon devient alors une station balnéaire à la mode, fréquentée par les écrivains et les artistes (tels que Jean-Paul Sartre, Marcel Aymé ou encore Jean Cocteau).

Se déplacer :

Plusieurs solutions pour se déplacer autour du bassin d’Arcachon :

  • En voiture : il faut savoir qu’il n’y a qu’une route qui fait le tour du bassin. Lors des vacances scolaires ou des weekends, il y a généralement des embouteillages et les quelques 60 kilomètres qui font le tour peuvent être très longs… Et je ne vous raconte même pas l’été ! En effet, la beauté naturelle du site attire à la fois les touristes du monde entier mais également les bordelais qui ne sont qu’à 45 min-1h du bassin.
  • En vélo : il est très agréable de louer des vélos et d’emprunter les nombreuses pistes cyclables pour découvrir le bassin. A savoir : la vélodyssée passe par le bassin d’Arcachon.
  • En bateau : traverser en bateau en empruntant les navettes maritimes, permet de gagner plusieurs heures quand on est logé d’un côté ou de l’autre du bassin.
  • En train : le train ne dessert que le sud du bassin, notamment les communes de Biganos, Teich, Gujan-Mestras ou la Teste de Buch.

Se loger :

Pour apprécier votre séjour, il est donc important de choisir votre lieu de résidence en fonction de ce que vous comptez faire.

Pour une première découverte, nous avions choisi le nord du bassin à Lège. Moins cher qu’Arcachon (mais où l’on trouve des hôtels canons, testé et validé par la Team TDM) ou le Cap Ferret, il nous semblait être plus ou moins entre les deux (ce qui n’était pas tout à fait vrai puisque nous avons tout de même mis 1h30 pour arriver à la dune du Pilat !).

Nous avons choisi une cabane dans un très mignon petit camping familial que je vous recommande absolument : Aux couleurs du Ferret.
Avec des tarifs très corrects, les prestations proposées peuvent convenir à tous les amoureux de la Nature puisque le camping est en voie de certification pour l’écolabel européen. De larges emplacements dans la chênaie pour les tentes et d’adorables cabanes sur pilotis, ou chalets donnent à ce camping un charme rehaussé par des allées fleuries.
Les + : jeux pour enfants, bibliothèque et ludothèque dans l’espace commun, location de vélos sur place.

Jour 1 : Côté Ferret

Nous avons choisi de découvrir pour ce premier jour la presqu’île. Après avoir loué des vélos au camping, nous voilà partis pour découvrir les petits villages qui longent le bassin. Si ils sont tous très mignons, deux villages ont particulièrement retenu notre attention :

  • Piraillan : Si vous le pouvez, arrivez tôt le matin un jour de grand soleil. La lumière est extraordinaire et tous les amateurs de photos se régaleront ! Ce village ostréicole est tout petit mais c’est tout une ambiance, avec les filets de pêcheurs entassés, les piquets qui sortent de l’eau et les petites embarcations échouées sur le sable par marée basse. Petit Conseil Spécial TDM : Ne loupez pas la balade autour du Réservoir du Piraillan ! Cette réserve naturelle classée (et connue essentiellement des locaux) est une véritable merveille protégée à l’abri des regards.
  • L’Herbe : C’est définitivement le village le plus authentique de la presqu’île ! En arrivant, commencez par visiter la chapelle de la Villa algérienne, seul vestige de toute la propriété de Léon Lesca, riche entrepreneur revenu d’Algérie qui s’installa sur le bassin d’Arcachon à la fin du 19me siècle. Construite en 1885, la chapelle est un incontournable et offre une superbe vue sur la baie.
    De l’autre côté, après une petite marche de 5 minutes, découvrez l’adorable village ostréicole de l’Herbe. Ici, tout est coloré. Les cabanons sont serrés les uns contre les autres et forment de petites ruelles un peu anarchiques mais dans lesquelles il est agréable de se perdre. Si tout ce pittoresque est évidemment très photogénique, n’oubliez pas que des gens vivent là et apprécient que ceux qui viennent admirer leur village respectent leur intimité.

Après ces deux jolies découvertes… direction le déjeuner !

On reprend les vélos pour aller jusqu’au bout de la presqu’île. Là, se trouve une adresse mythique du Cap : Chez Hortense. Les tables en premières lignes auront le privilège de la belle vue sur le cap de la presqu’île. Si vous êtes plus à l’intérieur, c’est quand même moins agréable, bien que l’ambiance soit la même … Si vous souhaitez découvrir cet incontournable, pensez à réserver bien à l’avance !

A savoir : Ouvert uniquement les week-ends. Et qui sait : vous aurez peut-être la chance d’y croiser Marion Cottillard ;)

Bien sûr, si vous êtes amateurs d’huîtres, il est bien plus agréable de déjeuner au soleil dans l’un des cabanons donnant côté bassin, que ce soit dans le village du Cap Ferret ou dans tous les petits villages ostréicoles qui le bordent.

Le resto famille testé et approuvé : Le Bistrot du Bassin. Oui, parce que je ne sais pas comment ça se passe dans vos familles, mais nous il y avait Papa + Mini qui ne mangeaient pas d’huîtres, alors il fallait trouver une alternative ! Un peu à l’écart, dans les petites rues à l’intérieur du village ostréicole, se trouve cet hôtel restaurant aux allures très 1900. Les tarifs sont un peu élevés mais on y mange très bien et le service est impeccable.

On finit la journée avec la montée au phare (histoire de digérer) et sa vue à 360° sur le bassin, la dune du Pilat au loin et l’océan de l’autre côté.

Et enfin, on reprend nos vélos pour passer la fin d’après-midi sur la plage du Truc Vert. Sensation de liberté garantie sur cette plage immense de la côte atlantique !

Jour 2 : Arcachon & la dune du Pilat

Pour notre deuxième jour sur le bassin, direction la dune du Pilat ! Pour les parents, c’était exactement comme dans notre souvenir : une dune énorme à gravir et des roulades dans le sable !

Gravir la plus haute dune d’Europe (Oui, oui !) a été une véritable épreuve. Le sable alourdit nos chaussures à chaque pas et on a l’impression de ne pas avancer. Avec ses quelques 106m de haut, et bien qu’en bonne condition physique, ce ne fut pas facile ! Et du côté des p’tites jambes non plus, heureusement qu’une récompense a été promise une fois en haut ;)

Mais une fois arrivés au sommet, quelle claque ! La vue sur le bassin et surtout sur le banc d’Arguin (un banc de sable, formé au gré des courant et uniquement accessible en bateau) d’un coté, et la forêt de l’autre est tout simplement à couper le souffle !

La dune fait 2915m de longueur sur 606m de largeur. Vous aurez donc tout le loisir de vous isoler des autres touristes et de profiter de ce moment hors du temps.

Après s’être bien roulés dans le sable ou avoir mitraillé à l’appareil photo, il était temps de pique-niquer. Penser à prendre ce qu’il faut car les petits restos au niveau du parking (au pied de la dune) ne vous permettent pas un déjeuner avec vue.

Côté pratique :

Se garer :

  • Un parking payant a été aménagé au départ de la dune. Un escalier est installé d’avril à novembre pour faciliter la montée sur la dune. C’est aussi au niveau du parking que vous trouverez quelques snacks, quelques petits restaurants et autres boutiques de souvenir. Petit Conseil Spécial TDM : Pour vous garer gratuitement, il vous suffit de taper « dune du Pilat » dans votre GPS, il vous a emmènera un peu plus loin après l’entrée officielle. Garez vous en bord de route et traversez la forêt sur 50 mètres avant d’arriver au pied de la dune. Attention : Pas idéal avec des enfants.
  • L’autre solution est de se garer au niveau du restaurant La Co(o)rniche (dont je ne peux que vous suggérer d’aller au moins y boire un verre pour admirer la superbe vue et profiter d’un endroit comme il y en a peu !). Attention, l’accès à la dune sera plus long et il n’y a généralement pas de places en été !

Quand y aller ?

Le top : un jour où il fait beau à marée basse. Ainsi, la vue sur le banc d’Arguin et les parcs à huîtres sera plus belle. Il peut y avoir du vent au sommet de la dune, prévoyez ce qu’il faut pour vous couvrir. Et évidemment, même hors saison, munissez-vous de crème solaire et/ou casquette et lunettes pour vous protéger de la réverbération.

Mais au fait, on dit Pyla ou Pilat ?

Bien que les deux orthographes existent, elles ont chacune leur origine : Pilat tient son nom du Gascon « Pilot » qui signifie « tas » ou « monticule ». Ainsi, lorsqu’il s’agit de la dune, il faut écrire P-I-L-A-T. Pyla-sur-Mer est la station balnéaire à proximité de la dune. Son fondateur Daniel Meller lui a attribué cette orthographe en 1920 afin de lui donner une consonance plus élégante et exotique. (source : https://www.ladunedupilat.com/Faut-il-ecrire-Pilat-ou-Pyla_a75.html)… Mais bon, sachez que les locaux, ont tendance à écrire PYLA (parole de notre rédactrice Marion, native de la région !)

L’après-midi, direction Arcachon.

Si il est agréable de manger une glace sur la promenade le long de la plage ou faire un peu de shopping, la vraie belle balade se fait en prenant de la hauteur. Flânez dans les rues de Ville d’Hiver, à la recherche des plus belles villas du 19ème siècle, et admirez la ville depuis l’observatoire Sainte-Cécile.

Terminez votre balade par le Parc Mauresque, et notamment, pour la plus grande joie des petits, par le parc à jeux perché tout en haut, avec une magnifique vue sur le bassin.

Pour le soir, pourquoi ne pas finir cette sublime journée par l’un des restaurants emblématiques du centre ville ? Direction, Chez Diego, pour manger presque les pieds dans l’eau !

Jour 3 : Le bassin de l’intérieur

Nous avons choisi de découvrir le bassin en bateau pour ce troisième jour et nous ne fûmes pas déçus de cette excursion !

Départ depuis la jetée Bélisaire au Cap Ferret, avec l’Union des Bateliers Arcachonnais. Pensez à prendre vos billets à l’avance (directement sur leur site web) et surtout à prévoir suffisamment de temps pour vous garer !

Et c’est parti pour 2h d’excursion commentée par notre capitaine. Nous avons choisi l’excursion la plus classique pour cette première approche : « Le Grand Tour de l’île aux oiseaux ». Vous aurez alors le privilège d’observer les fameuses cabanes « tchanquées », silhouettes emblématiques du bassin. Avec un peu de chance, vous pourrez également observer les nombreux oiseaux qui viennent se poser sur ce banc de sable qui porte leur nom. Tout autour de l’île aux oiseaux, vous pourrez observer les piquets qui délimitent les parcs à huîtres. Vous en apprendrez d’ailleurs plus sur leur histoire et sur leur élevage.

La balade se termine en longeant les jolis ports ostréicoles coté Ferret pour le plus grand bonheur des amateurs de photo.

Coté pratique :

A avoir sur soi :

Pensez à bien vous couvrir même s’il fait beau. Deux heures, c’est un peux long pour les petits sans bouger, alors prévoyez coloriages ou autres petits jeux qui les gardent concentrés et tranquilles. Pour ceux qui ont le mal de mer, il y a des jours où ça bouge pas mal (ce fut le cas le jour où nous y étions), donc pensez à prendre vos médicaments (type Nausicalm) si besoin.

Se restaurer ?

Autant vous dire qu’en revenant à 12h30 de notre excursion, tout le monde était affamé ! Nous avons eu la chance de tester le restaurant qui est au pied de la jetée Bélisaire : L’escale. Véritable institution au Cap Ferret, c’est un lieu sans prétention où on mange très bien, le service est chaleureux et les prix plus que raisonnables. Évidemment, la contrepartie c’est que c’est pris d’assaut… Pour profiter au max des vacances sans stress : on réserve avant !

L’après-midi, on retourne à la plage côté océan ou on choisit de récompenser les enfants qui ont été bien sages dans le bateau en les emmenant se défouler faire de l’accrobranche à Escalad’Parc à Andernos ou au Parc de loisirs du Four, à Lège Cap-Ferret.

Et si vous prévoyez de venir l’été, pourquoi ne pas aller faire un tour à Aqualand, à Gujan-Mestras… Rigolade assurée pour toute la famille !

Sur le retour :

Dernier stop avant de rentrer et de quitter le bassin d’Arcachon : l’adorable port de Biganos et ses cabanes colorées. Ici, aucun restaurant, mais une ambiance vacances qui fait durer notre week-end… A ne pas louper :)

Bien sûr, il y a encore tant à découvrir sur le bassin d’Arcachon : La réserve ornithologique du Teich, le domaine Saint-Brice, le lac de Cazaux… Mais pour une première approche, voilà déjà de quoi vous régaler !

Ce qui est certain, c’est que les amoureux de la nature, les accros au sport ou les épicuriens, le bassin saura plaire à tous, et se prête complètement à une virée en famille (ou non) pour quelques jours hors du temps.

Alors, si comme nous, chez TDM, vous aimez être surpris par un lieu, courrez boucler vos valises quelque soit la saison afin de découvrir un lieu unique en Europe !

 

Photos de Chloé Decruy et Marion Pagès pour TDM.

A propos de l'auteur

Cet article a été proposé par Chloé Decruy, 37 ans

Dilettante, rêveuse et grande amoureuse. Lorsque je découvre le bonheur d'aller voir ailleurs cela devient alors une composante essentielle d'un équilibre de vie épanouie. Après un premier voyage d'un an et demi en Amérique du Sud en mode "exploratrice" qui marque définitivement ma vision du monde, je tente un retour à la normale dans un univers qui me semble désormais étriqué. Mais le voyage me rattrape et pour le réinvestir, je me reforme en tant qu'agent de voyage. Pas de boulot et le deuil de mon père à faire (lui qui faisait voyager mon imaginaire), m'amène à tout envoyer balader pour un "voyage thérapie" de 7 mois en Asie. Le continent du zen me séduit et me reconstruit. De retour dans une France qui a beaucoup à faire depuis quelques temps, je me suis lancé un nouveau voyage : celui d'être parent et de faire découvrir à mon bout d'chou une Terre qui a encore plein d'histoires à raconter !
Chloé Decruy, 21 voyages et 20 pays au compteur, a signé 22 articles et 1 avis d'hotels sur TDM.
Voir son profil, ses articles et ses voyages