Le Canada en mode trappeur : un canoë trip dans le parc d'Algonquin !

Par BorisTeam TDMLe 13 03 2014

Le Canada… ses grands espaces, sa neige mais surtout ses lacs. Il y en a plus de 30000 sur le territoire, certains s’apparentant plutôt à un étang et d’autres à un océan.
Et lorsque l’on pense à ce pays, l’image qui nous vient en tête est toujours celle d’un lac, d’un chalet, d’un ponton et d’un canoë !

Parole de Canadien « si vous voulez vraiment découvrir le Canada il vous faut vivre un trip en canoë ».

En avant pour 5 jours de canoë dans un parc immense, celui d’Algonquin en Ontario.

Idéalement situé à environ 3h de route de Toronto ou 6h de Montréal, cette immense réserve est un véritable paradis pour les adeptes de la randonnée, du camping et surtout de canoë.

En effet ce parc est en grande partie recouvert par les eaux, certains de ces lacs s’enchainent les uns aux autres par de petites rivières, et lorsque ce n’est pas le cas, des sentiers, ont été aménagés permettant le portage du canoë afin d’atteindre le prochain lac.

Pour résumer, vous aurez la possibilité de partir pour une simple journée ou pour plusieurs jours.

Et si vous n’êtes pas équipés ou n’aviez pas vraiment prévu de faire un trip en canoë, pas de problème ! Vous trouverez aux alentours du parc plusieurs agences vous proposant leurs services. De la simple location d’un canoë pour quelques heures, à la location complète du matériel (tente, sac de couchage, matelas, popote…), certains allant jusqu’à vous proposer la nourriture selon la durée de votre aventure !

Mais un conseil, pour vraiment en profiter, prévoyez au moins trois jours ! De manière à tout de même passer deux nuits en pleine nature et avoir le privilège de planter votre tente sur l’une des petits iles que vous trouverez au milieu des lacs. Vous pourrez tenter ainsi l’expérience du portage du canoë sur vos épaules afin de rallier le lac suivant… Et pour partir suffisamment loin de l’axe principal et côtoyer des castors…  ou peut être même des ours, qui sait ? !

536465_3503688303890_181197934_n

Notre expérience : Partis en couple pour cinq  jours de trip, à la fin du mois d’avril juste après la fonte des glaces. Nous avons loué l’ensemble de notre équipement chez Algonquin Outfitters, mais en ayant pris nos propres sacs de couchage au vu des températures.

Pour l’organisation l’agence nous a accompagnés jusqu’au lac où nous devions arriver, nous y avons garé la voiture et ils nous ont finalement ramenés au point de départ afin de démarrer notre périple.

575549_3503710064434_781260929_n

En s’aidant de la carte nous avions nous même déterminé un itinéraire au jour le jour. En résumé :

  • Jour 1 : Départ du lac O-pe-on-go (grand lac placé au centre du parc, proche de l’axe principal). Environ 4h de rame en profitant de la vue, puis nous avons passé la nuit sur une toute petite ile « Hershey » dans la partie north arm.
  • Jour 2 : Visite du nord de O-pe-on-go, puis portage vers le lac Happy Isle à l’ouest, nous avons à nouveau passé la nuit sur une ile « happy island ». Environ 5h de rame.
  • Jour 3 : Nous avons commencé à redescendre vers le sud, avec un premier portage vers Shiner lake, puis un second vers Mike’s lake et enfin un troisième pour rejoindre Other slide. Toujours vers le sud nous sommes passés à Little other slide. Et avec un ultime portage nous avons atteint Burnt island lake où nous avons passé la nuit dans la baie ouest.
  • Jour 4 : Descente vers l’enchainement des Joe lake (baby, lost et little Joe), là nous avons passé la fin de notre journée en face de « Joe island ».
  • Jour 5 : Nous avons rejoins la rive sud de Canoe lake où nous avions laissé notre voiture.

522178_3503687103860_784030611_n

Bilan : Nous n’avions pas vu trop grand. Lors des deux derniers jours nous avons même pu en profiter… finalement en canoë on avance assez vite !

En revanche, concernant le matériel,  les matelas étaient HS et pas adaptés aux températures auxquelles nous avions à faire face (-8 degrés pour la deuxième nuit), heureusement que nous avions pris nos sacs…. Quant aux rames, elles étaient vraiment trop lourdes pour 5 jours ! Sinon le reste était bien adapté…

Concernant le choix de la saison, le plus : est que nous étions vraiment seuls (pas vu une âme qui vive en trois jours), du coup on a pu choisir les meilleurs spots pour camper et il n’y avait pas de moustiques. Les moins :  vraiment froid la nuit, une eau à deux degrés donc un peu risqué quand même, il valait mieux pas tomber à l’eau… Quant aux zones de portages, elles n’avaient pas encore été déblayées ce qui rendait la chose parfois périlleuse et très énervante.

405242_3503690983957_412606433_n

Cela reste toutefois sans conteste l’une de nos plus belles expériences et aussi  l’une des plus dures. Mais cela va bien souvent de pair non ?

301762_3503689863929_792462295_n

Photos : Boris Ziegler pour TDM

A propos de l'auteur

Cet article a été proposé par Boris, 32 ans

Passionné d’activités Outdoor, randonnée, VTT, canoé. Nul doute que je suis un homme des grands espaces et plutôt du genre à sortir des sentiers battus. La préservation de l'environnement et de la nature est pour moi une priorité, même quand on voyage il faut y penser.
Boris, 14 voyages et 12 pays au compteur, a signé 3 articles et 2 avis d'hotels sur TDM.
Voir son profil, ses articles et ses voyages